Mafate

MAFATE

"Mafate ne se visite pas, Mafate se fait"

 

Le cirque de Mafate n'est pas un cirque comme les autres, pour une raison principalement : il est inaccessible en véhicules roulants. Nous avons décidés d'y passer 3 jours. Nous allons dormir au gîte de la plaine aux sables, à mi chemin entre Marla et La Nouvelle.

Première journée

Au petit matin, nous arrivons en voiture au col des boeufs, après avoir traversé le cirque de Salazie, par un temps magnifique. Nous laissons la voiture dans un parking payant mais surveillé, à 1900m d'altitude.

 

 

Objectif de la première journée : rejoindre le gîte , à 3 heures du col des boeufs, en passant par la maison Laclos.

Le col des boeufs nous offre une vue splendide sur le cirque. Nous commençons aussi à apprécier la difficulté du parcours. Ce cirque est fait d'une multitude d'îlets.

 

 

1ère difficulté : descendre 150 m de dénivellé, le rempart sous le col des boeufs. On y croise beaucoup de monde. Cette descente se fait assez facilement, il faut juste faire attention de ne pas glisser. Le soleil n'a pas eu le temps de faire son apparition de ce côté. Dans notre descente , nous avons pu voir de la gelée blanche, un signe que les nuits sont très fraîches. En contre bas nous arrivons à la plaine des tamarins.

 

 

plaine des tamarins et à l'arrière plan le grand Bénare (2900m)

 

Nous voilà au milieu des tamarins

quelques locataires de la plaine

Après cette jolie plaine, descente à  nouveau vers une rivière (la rivière des galets). Nous faisons une halte pour pique-niquer, au bord de la rivière. C'est un endroit très calme, où viennent nous rendre visite des petits oiseaux verts.

 

Lors de la descente, vue sur les 3 Salazes et le col du Taïbit qui permet d'accéder au cirque de Salazie

Lors de notre pause, un petit oiseau se régale

 Après avoir traversé la rivière, nous prenons à droite en direction de la Nouvelle. Après la stèle Joseph Ethève, nous arrivons à une passerelle, ce qui nous permettra de retraverser la rivière. A partir de là, nous remontons des pentes assez raides, la fatigue se fait sentir. Nous en sommes à 3 heures de marche et 3 heures de voiture auparavant. Nous commençons à nous demander si nous sommes toujours sur le chemin du gîte, car il nous tarde de nous reposer.

 

passerelle

Enfin le gîte

 

 

 Légère descente et c'est le gîte. Ce sont en fait quelques habitations, totalement isolées à côté des montagnes. Ici l'électricité est comptée, car provenant uniquement des panneaux solaires, pas question de gaspiller. La cuisine est faite au feu de bois dans un local isolé, en toit de chaume. Nous nous régalons d'un très bon cabri massalé.

 

 

Le dortoir

la cuisine en toit de chaume

 

Vue du gîte, le grand bord, au petit matin

 

Deuxième journée

une boucle en passant par Marla, 3 roches et plaine aux sables

 

 

Nous reprenons le chemin inverse de  la veille pour rejoindre Marla. Cette fois-ci nous ne passons pas par la passerelle, mais nous descendons vers la rivière pour rejoindre la maison Laclos. Marla est un petit village  d'une vingtaine de maisons au pied du col du Taïbit. Nous voulons nous y rendre pour le ravitaillement, car dans le secteur il n'y a d'épiceries qu'à Marla et à la Nouvelle. Nous entamons notre journée sous un temps magnifique, la journée s'annonce bien.

 

petites cascades en allant vers Marla

 

 

La maison Laclos, point de repère vers Marla

La chapelle de Marla et sa cloche à droite

Après notre ravitaillement à Marla, nous nous sommes reposés au soleil, en profitant de la vue sur la crête des Salazes, le grand Bénare et le piton des Neiges. Nous apprécions le calme et la chaleur, cependant notre journée est longue et nous devons lever le camp. Un chemin direct nous amène aux 3 roches.

 

Sur le plateau, un chevreau nous attendais.

Nous traversons un sous bois avant d'entamer une longue descente dans les éboulis de roches.

Nous croisons un coureur à pied, qui s'entraine pour le grand Raid "la diagonale des fous". Vu les dénivellés , on commence à mieux comprendre cette appelation. En tout cas , quel courage. Nous poursuivons , notre descente, et de temps à autre , nous nous accordons quelques pauses. Et oui , la descente est difficile également.

La vue est magnifique dans un décor désertique. Nous voyons notre chemin en bas , près de la rivière. Mon dieu , que c'est loin.

Avant d'arriver aux 3 roches, nous nous arrêtons au bord de la rivière pour déjeuner.

 

 

 

 

 

 

 

 

Après le déjeuner direction les 3 roches, site superbe, où la rivière se jette dans une cascade de plusieurs dizaines de mètres de hauteur. Un peu plus en amont, il est possible de nager dans la rivière. Avec une bonne dose de courage, c'est possible, si , si.

 

 

 

Retour au gîte, nous remontons une falaise de 220m de hauteur, pour passer par la plaine aux sables. La pente est raide mais régulière. En s'arrêtant régulièrement pour apprécier la vue, cette montée est assez agréable. En haut , nous passons à côté d'une habitation isolée. La plaine aux sables apparait alors devant nous. paysage étonnant au milieu de bois.

 

montée des 3 roches

traversée de la plaine aux sables, étrange clairière aride au milieu de la végétation et juchée sur le plateau.

 

En descendant vers le gite, à travers les bois, une vue sur les remparts s'offrent à nous.

Après 4h30 de marche et un temps superbe, nous retrouvons le gîte. Nous nous délectons à l'avance du repas qui nous attends. Ce sera un succulent canard massalé.

 

Troisième journée

 

Il est temps de retrouver la voiture au col des boeufs. Nous allons par La Nouvelle, qui est le plus gros village de Mafate.

joli sentier à flanc de montagne vers La Nouvelle

village de La Nouvelle

 Un sentier fait le tour du village et permet d'apprécier la vue autour de l'îlet. C'est un panorama de presque 360°, où l'on peut voir quasiment tout le cirque. Nous nous ravitaillons et décidons de remonter vers le col des boeufs. La montée à partir de la Nouvelle sera difficile, car nous sommes très chargés. Le dénivellé est de 300m, inutile de préciser que nous sommes en sueur lorsque nous atteignons la plaine des tamarins. Nous marchons un peu sur le plat, et trouvons un endroit tranquille pour déjeuner.

jolie vue sur le piton des neiges et le gros morne. Les nuages semblent vouloir faire un collier. Serait-ce jour de fête ?

 

 

 

 

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site