Sur la route du piton de la Fournaise

 

 Sur la route du volcan

 

La route vers le Piton de la Fournaise débute à Bourg Murat , où se situe la Maison du Volcan. C'est une belle route bitumée de 20 km de long. Après les élevages, la route s'éleve et devient sinueuse. Nous traversons les résineux (cryptomérias), puis les Tamarins, pour finir avec de la végétation arbustives (branles verts, branles blancs)

 

Branle blanc et branle vert , endémique de la Réunion. Ce sont quasiment les seuls végétaux que l'on trouvent à cet altitude sur sols rocailleux.

Première halte au Nez de Boeuf, quelques minutes pour admirer la vallée creusée par la rivière des remparts. Cette rivière fait 10 km de long, pour aboutir à Saint Joseph (Sud de l'île). Sur le flanc gauche a eu lieu , il y a 43 ans, un effondrement , 30 millions de m3 de roches ont obstrué la vallée. Un lac s'est formé en amont, provoquant une grosse frayeur pour les habitants de St Joseph.

 

Délaissant le nez de Boeuf, nous poursuivons vers le volcan. Nous tournons à gauche pour emprunter un chemin de poussières et de rocailles : direction le Piton de l'eau. A 2 km du piton, nous devons poursuivre à pied. Le cadre est très beau, avec par moment une superbe vue sur l'Est de l'île (St Benoit). Cet endroit est très peu habité, hormis quelques vaches et des oiseaux comme le Tec-tec (photo ci-dessous).

 

 

Après 2 km de marche, nous voici au Piton de l'eau. C'est un cratère de type strombolien (semi explosif) dont le fond est devenu imperméable à l'eau. De fait un joli petit lac , entouré d'arums , s'est mis en place. Le cadre est propice au repos, ce qui n'est pas de refus après notre marche. De ce cratère , nous apprécions la vue avec notamment le piton des neiges en face.

 

Après une longue pause sandwich, nous rebroussons chemin. Nous reprenons la voiture , pour rejoindre le cratère Commerson, sur la route du volcan. Il est aux environs de midi, le soleil est au plus haut, idéal pour bien profiter de la profondeur du cratère. Il se trouve à 100m de la route, un belvédère a été aménagé pour nous permettre de bien apprécier. C'est vertigineux.

 

C'est un trou de 200m de profondeur, sur autant de diamètre. Ce cratère est l'extrémité d'un ancien volcan, identique aux dizaines d'autres aux alentours. L'écoulement de lave a commencé par une fissure dans le côté. Mais à un moment donné la poche de magma est entrée en contact avec une poche d'eau, provoquant une explosion gigantesque. Le magma s'est pulvérisé et est retombé sous forme de cendre.

Nous prolongeons notre route vers le volcan, pour s'arrêter au Pas de Sable. Il marque la fin de la route bitumée. Nous sommes en haut des falaises d'une gigantesque caldeira. Une caldeira est un effondrement sous forme elliptique du massif volcanique, due à la vidange d'une énorme poche de magma en profondeur.

Vue de la falaise, à partie du pas de Sable. En contrebas se trouve la plaine des sables. Pour rejoindre le morne Langevin, il faut longer la plaine des sables, sur le haut de la falaise. C'est un plateau de forme allongée, entourée de vallées jusqu'à 1200m de dénivellé.

 

Il était temps d'arriver pour apprécier la vue car les nuages commençaient déjà à prendre le chemin de la vallée, pour remonter vers la plaine des sables et recouvrir le plateau Langevin.

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site