le Maïdo au pas de course

Du Maïdo à Roche Plate (cirque de Mafate)

 

J'ai décidé de faire le Maïdo au pas de course, façon grand raid. Avec mon frère , nous nous sommes équipés, pour cette randonnée un peu particulière.

Le parcours est très simple : départ à 2030m d'altitude, arrivée Roche Plate à 1100m puis retour. Je prévois environ 4 heures de trajet, 3 litres d'eau sucré et des coupes faim.

Il est  7H00 du matin. Il fait un peu frais , mais le soleil fait déjà son effet.

 

 

Nous laissons la voiture sur le bord de la route à environ 2 km du Maïdo.  De là , nous partons sur de la roche pour rejoindre en 10 minutes le vrai point de départ de la descente vers Roche Plate.

Le temps est beau et calme malgré des nuages d'altitude. Ceux ci ne sont pas habituels, nous espérons ne pas revenir dans les nuages.

 

Le point de vue est superbe, mais nous ne nous attardons pas, la matinée va être longue....Nous entamons notre descente. Elle est facile dans le premier quart du parcours. Peu d'escaliers et un long sentier sans trop de dénivellés. Nous nous doutons que cela ne va pas durer.

La descente se fait en courant. Nous nous n'oublions pas de temps en temps de profiter du paysage et du calme de l'endroit.

Petite halte sur une crète , où la vue est superbe. De plus nous voyons le "Ti col" ou "la brèche" . C'est une sorte de carrefour, à gauche c'est la canalisation des orangers ainsi que le village, à droite c'est Roche Plate. Nous n'en sommes plus très loin, encore un peu de descente. A noter que depuis le premier quart du parcours, le sentier est beaucoup plus accidenté, avec de nombreuses marches dans les rochers assez hautes. C'a promet pour le retour. En attendant ce sont surtout les tendons des genoux qui souffrent.

C'a y est , nous voici au "Ti col" après une bonne 1/2 heure de descente. La vue est superbe. Au fond se trouve le col du "Taïbit" et son entrée sur le cirque de Cilaos. A gauche, surplombant le cirque de ses 3000m, le gros morne. Au premier plan, un bois de cryptomérias, que nous allons traverser pour rejoindre le village de Roche Plate, à environ 1/4 d'heure.

Nous voici à Roche Plate, ou presque. Ce village est très étalé et est coupé en 2 par une petite ravine. Nous nous arrêterons à l'école, et n'irons donc pas de l'autre côté.

L'école de Roche Plate. En poursuivant notre chemin , nous pouvons bifurquer sur la droite et longer le grand bord en direction de la cascade des 3 roches. Nous nous arrêterons là, car il faut penser au retour. Cet endroit très tranquille, nous invite à nous reposer un bon 1/4 d'heure, peut être plus.

Pendant notre arrêt , une poule et ses petits sont venus nous rendre visite.


Un autre volatile plus anthropisé et plus bruyant est venu perturber le calme de ce charmant petit coin.

Après cette petite pause, nous décidons d'entamer le retour. Nous nous doutons que cela ne va pas être une partie de plaisir. Aussi plusieurs pauses seront nécessaires.

Ici, une vue du village de Roche Plate.

Des habitations. A noter les panneaux solaires, indispensable pour l'électricité et l'eau chaude.

Vidéo permettant d'apprécier la quiétude de l'endroit.


Nous entamons donc notre remontée vers la brèche . Nous sommes assez surpris du dénivellé. De nombreuses marches sont à gravir. Il faut déjà , que nous progressions à un rythme faible afin de ne pas entamer nos réserves d'énergie pour la seconde partie. Nous profitons d'admirer les paysages à travers les filaos.

Nous arrivons à la brèche en 30 minutes, à peu près, et prenons notre courage à 2 mains pour entamer le "mur".

 

 

Vidéo prise au premier tiers du parcours, à partir d'un belvédère. Cette première partie est éprouvante et nécessite d'avoir un rythme régulier et adapté. Malgré cela, les marches sont compliquées à franchir. Chacune puise dans nos réserves.

Tout en montant j'ai aperçu un tangue, mais il s'est caché dans son terrier avant que je ne puisse le prendre en photo. Dommage...........

Un peu plus loin, un Tec Tec est venu à notre rencontre. On aurait dit qu'il compatissait à notre douleur.

Notre montée ne se fait plus qu'en marchant. Le simple fait de vouloir changer de rythme, car la pente est moins sévère, nous rappelle tout de suite que nos limites ne sont pas loin. Nous devons nous ménager pour le reste de la montée, car le point de départ est encore haut.

Le rythme a nettement baissé par rapport à l'aller....

 

 

A noter que des inscriptions sont notées à la peinture blanche sur le parcours, pour nous signaler notre position (25/75; 50/50; 66/33; 75/25). Cela nous permet de mieux gérer notre effort.

Nous sommes quasiment arrivés au bout. Cette montée a été assez difficile, mais qu'elle était belle. De plus le soleil est resté au rendez vous, nous permettant d'apprécier le paysage de bout en bout. Petit détail , nos réserves d'eau étaient insuffisantes, un minimum de 2 litres par personnes est plus conseillé.

Au bout d'1heure 30 de montée, nous sommes enfin arrivés. Ne reste plus qu'une légère descente sur les rochers, pour rejoindre la route, où nous avons croisés quelques vaches.

 

 

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site